La boxe thaï

Des origines à nos jours

L’histoire de la boxe thaï

L’histoire de la boxe thaï et ses origines précises restent aujourd’hui encore entourées de certains mystères. Voici néanmoins quelques éléments sur cet art martial ancestral.

Comme bon nombre de boxes pieds-poings d’Asie du Sud-est auxquelles elle s’apparente, on lui prête une origine insulaire. Cet ancêtre commun s’est répandu à travers les différentes régions. Il a ensuite évolué de manière spécifique localement. C’est pourquoi on trouve de nombreux points communs entre la boxe thaï et le Kun Khmer, le Bokator ou Bama Lethwei entre autres.

Le sport de combat que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de boxe thaï ou “Muay thaï” est une version codifiée du Muay Boran. Celui-ci regroupe en effet les différentes formes de boxes régionales :
⦁ le muay-chaiya ou « muay-giow » (du sud)
⦁ le « muay-korat » (est et nord-est),
⦁ le « muay-lopburi » (région centrale),
⦁ le « muay-thasao » ( du nord),
Le muay boran formait un continuum avec le krabi krabong (art martial utilisant les armes comme le bâton ou les épées). En effet cette complémentarité permettait qu’un guerrier thaï désarmé sur un champ de bataille puisse continuer à se défendre.

Ce tournant dans l’histoire de la boxe thaï aurait eu lieu vraisemblablement en deux temps. D’abord au XVI° siècle puis au XIX siècle sous l’influence des Anglais qui contrôlent alors le pays.
Depuis les différentes fédérations nationales ont fait évoluer les règles et particulièrement le comptage de point.

Les armes de la boxe thaï

Aussi appelé l’art des 8 membres ce sport de combat est extrêmement complet. Un boxeur thaï utilise donc les poings, les tibias, les coudes et les genoux pour taper. Enfin, le corps à corps et des techniques de projection complètent cet arsenal. Les combats se déroulent dans un ring avec un arbitre. Chez les professionnels, un match est composé de 5 rounds qui durent 3 minutes chacun et sont séparés par une minute de pause. Il y a deux façons de gagner :
-soit par K.O. ou par K.O.technique l’adversaire est alors inconscient ou dans l’incapacité physique de combattre. Le K.O. technique se fait en général sur décision de l’arbitre pour protéger le combattant)
-soit aux points s’il n’y a pas eu de K.O.  En Thaïlande, chaque coup a une valeur et en Europe on compare l’ensemble de la prestation des combattants sur certains critères pendant chaque round.

Utilisée lors de fêtes villageoises, pour régler des querelles, sur le champ de bataille ou par les gardes du corps du roi, les visages de la boxe thaï à travers l’histoire sont nombreux.

La boxe thaï de nos jours

Les grands « temples » de la boxe thaï aujourd’hui sont le Lumpinee (géré par le gouvernement) et celui du Rajadamnoen (géré par l’armée) tous deux situés à Bangkok, il existe quelques différences quant aux comptages des points et aux déroulements des combats entre ces deux lieux mythiques que nous ne détaillerons pas ici. Il faut aussi rajouter le championnat de l’atv7 qui regroupait à l’origine uniquement les champions du Lumpinee et du Rajadamnoen.

Les héritiers

La boxe thaï a aussi une descendance : certains la considèrent comme la base du kick boxing ( qui est de la boxe thaï sans coups de genou, sans coups de coude et sans corps à corps) et elle est à l’origine du Lerd rit ( sorte de Krav Maga locale utilisée par les forces spéciales et l’armée thaï).

 

Voilà qui conclut ces quelques mots sur l’histoire de la boxe thai. Nous avons souhaité rester concis et utiliser des informations qui ne font pas débat. Si vous voulez en savoir plus sur celui-ci ou sur ses liens de parenté avec d’autres boxes du Sud-est asiatique n’hésitez pas à aller fouiller sur le Net, vous trouverez bon nombre d’éléments historiques, de légendes et d’anecdotes.

CSEB Boxe Thaï 2017

 tous droits réservés textes et photos

contact : csebboxethai@gmail.com